Programme de préservation de la fertilité chez les femmes à risque

À qui est dirigé ce programme?

Il existe certaines femmes qui peuvent perdre prématurément sa fonction reproductive par un mal fonctionnement des ovaires, ce qui donne place à une situation similaire à celle de la ménopause. Il existe beaucoup de causes et de circonstances qui peuvent provoquer une ménopause prématurée, parmi elles nous pourrions souligner la chirurgie sur l'ovaire, certaines maladies génétiques et auto-immunes et les traitements oncologiques de chimiothérapie et de radiothérapie.

Que peut-on faire dans ces cas présents?

Face à de telles situations, il existe plusieurs alternatives afin de conserver la fertilité de la patiente dans le futur. Lorsque sont obtenus des ovocytes mûrs après une stimulation hormonale, il est possible de réaliser la cryoconservation d'embryions ou bien uniquement d'ovocytes. Si la stimulation hormonale n'a pas eu lieu, il sera possible de réaliser directement la cryoconservation de tissus ovarien.

Comment est réalisée la cryopréservation d'embryons?

Ceci dépend d'un traitement de stimulation ovarienne qui débute avec les règles et d'une durée de 12 à 14 jours. Après ce traitement, la ponction folliculaire ovarienne est réalisée afin d'obtenir les ovocytes et de les féconder. Postérieurement les embryons fécondés sont cryopréservés. Les résultats peuvent varier en fonction de la réponse au traitement et de l'âge de la femme mais en moyenne, un taux de gestation de 30% est prévu par cycle.

Comment est réalisée la cryopréservation d'ovocytes?

Le même traitement que celui cité ci-dessus est appliqué mais faute de disposer d'échantillon de sperme adéquat, les ovocytes seront directement cryopréservé. Postérieurement, lorsque les conditions seront adéquates, ces ovocytes pourront être fécondés en laboratoire et si tout va bien, des embryons seront obtenus et seront implantés dans l'utérus de la patiente. Il s'agit d'une technique plus récente qui a augmenté son efficacité grâce aux dernières avancées techniques. Il est estimé à un peu plus d'une centaine les enfants vivants nés de cette technique. En Espagne,  il est nécessaire que le centre dispose de l'autorisation administrative spécifique que conçoivent les autorités sanitaires afin de réaliser cette technique pour des fins reproductives. Notre centre dispose de cette autorisation depuis octobre 2007.

Dans quels cas la stimulation hormonale n'est-elle pas réalisable?

Quand les circonstances ne réunissent pas les conditions idéales, par manque de temps pour réaliser l'ensemble du processus ou lorsqu'il existe une contre-indication ne permettant pas la stimulation ovarienne. Dans la même optique, il doit être pris en compte que face à certaines maladies oncologiques, il est déconseillé de repousser le début de la chimiothérapie. Dans d'autres cas, le traitement hormonal peut être contre-indiqué. Finalement, le traitement de stimulation hormonale ne devrait non plus pas être réalisé dans le cas d'une patiente trop jeune et n'ayant pas initié ses cycles menstruels.    
Pour chacune de ces situations, il serait possible de proposer une dernière option thérapeutique: la cryopréservation de tissus ovarien.

Comment s'obtient la cryopréservation de tissus ovarien?

Elle s'obtient grâce à une intervention chirurgicale par laparoscopie durant laquelle est réalisée une biopsie du tissu ovarien qui sera cryopréservé au cours même de l'acte chirurgique. Elle peut être réalisée à n'importe quel moment du cycle et ne demande pas de traitement préalable, ne retarde pas le début du traitement oncologique et peut être réalisée chez des patientes pré pubères. De nos jours, il s'agit d'une technique expérimentale qui ne peut être réalisée que dans les centres autorisés et hautement spécialisés et est dirigée aux patientes avec un haut risque de perdre la fonction ovarienne ou à celles auxquelles les traitements conventionnels ne peuvent être appliqués.
Les résultats ne sont encore pas toujours très bons car il n'a été recensé que peu de grossesse à travers le monde suite à telle technique. Il est absolument nécessaire que la patiente soit en bonne condition physique avant de se soumettre à l'intervention chirurgicale et celle-ci reste totalement contre-indiquée si la maladie de base affecte l'ovaire de la patiente.

Comment se décide la meilleure alternative?

La réalisation d'une étude individuelle de chaque cas est nécessaire, car il sera décidé quelle est la meilleure alternative afin de conserver la fertilité de la patiente en fonction de l'âge, des facteurs prédictifs de la réponse ovarienne et du type et urgente du traitement oncologique qu'elle doit recevoir.