Techniques de reproduction assistée chez les couples sérodiscordants au VIH (homme VIH positif et femme VIH négatif) avec technique de lavage séminal.

Que signifie “couples sérodiscordants”?

Nous parlons de couples sérodiscordants lorsque l’un des deux membres est séropositif au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et l'autre est négatif, ce qui les oblige à l'usage de préservatif lors des relations sexuelles afin d’éviter la transmission virale au partenaire sain. Cela neutralise indirectement la possibilité de descendance.

Que peut-on peut faire afin de prévenir la transmission de l'infection au fœtus, et depuis quand?

Il y a environ quinze ans, se sont publiés les premières naissances d'enfants sains sérodiscordants au VIH chez des couples où l'homme était positif et s'était soumis aux techniques de lavage séminal. Il s’agit actuellement d’une technique amplement répandue et avec laquelle il est tenté de libérer du sperme les particules virales capables de transmettre l'infection.

Quand le lavage séminal est-il indiqué?

Il est indiqué chez les couples avec un désir de reproduction, où l'homme se trouve infecté par le virus du VIH mais qui présente une histoire clinique stable et qui présente un bon contrôle. Un rapport médical est nécessaire pour soutenir cette demande. Afin d’être inclus dans ce programme de reproduction, les deux membres du couple devront disposer des conditions requises identiques à celles d’autres couples candidats aux techniques de reproduction assistée, tant au point de vue de l'étude de la femme comme dans la quantité et la qualité spermatique minimale. Il faut considérer que le "lavage" réduit toujours radicalement le nombre de spermatozoïdes habiles de l’échantillon.

 

Qu'est-ce qu’une insémination avec lavage séminal ?

Les femmes des couples participants à ce programme sont soumises à un traitement de stimulation de l'ovulation - ainsi que dans les inséminations artificielles de couples séronégatifs - et à un suivi clinique et échographique pour établir la maturation des follicules ovariens (qui comprennent les ovules). De la même manière, dans ce suivi la négativité au VIH est vérifiée chez la femme et il est déconseillé de maintenir des relations sexuelles jusqu'au jour de l'insémination.

Le jour optimal, plusieurs lavages sont réalisés dans les échantillons séminaux originaires de l'éjaculé pour essayer de les libérer des cellules contaminées par le virus, ainsi que de toute particule virale résiduelle. Si le laboratoire de virologie confirme par des techniques de PCR la négativité de la détection de VIH de l’échantillon final, l'insémination de la patiente est donc réalisée. Dans le cas où cette détermination semble douteuse ou positive, l'insémination est annulée et l’on procède à la destruction totale de l'échantillon séminal.

Combien d'inséminations avec lavage peuvent être réalisées?

Entre trois et six inséminations peuvent être réalisées dans ce type de couples et en fonction de l'évaluation médicale de chaque cas. Si la gestation désirée n’apparaît pas au cours de ces tentatives, la réalisation d'une FIV avec microinjection spermatique (ICSI) sera conseillée. Voir document "Fécondation in vitro".

Qu'est-ce qu’une FIV avec microinjection spermatique (FIV-ICSI) chez des couples sérodiscordants au VIH?

Un cycle de FIV-ICSI avec un lavage séminal est indiqué chez ces couples pour lesquels la gestation n'a pas réussi au moyen d'une insémination ou dans les cas pour lesquels la récupération spermatique après les "lavages" est insuffisante pour une insémination mais suffisante pour l'évaluation correcte de la PCR virale. Elle est aussi indiquée chez les couples sérodiscordants qui consultent également par stérilité.

Dans ce cas, les spermatozoïdes lavés s'emploieront de forme différée ce qui obligera à les cryopréserver. Cela permet l'accumulation de spermatozoïdes "lavés" et négatifs au virus originaires de divers éjaculés chez des patients avec une qualité spermatique faible. Le cycle de FIV ne diffère pas des cycles réalisés chez des couples négatifs au VIH.

Existe-t-il un risque de transmettre l'infection du VIH?

Le lavage séminal minimise spectaculairement la possibilité de transmission de l'infection au VIH, mais bien qu’il s’agisse d’une quantité minimale, on ne peut pas garantir l'impossibilité de transmission de l'infection.

Existent- ils d'autres risques ou effets secondaires attribuables aux techniques de lavage ?

Non. Quelques complications qui sont dues aux techniques de reproduction assistée n’apparaissent seulement que très accidentellement, qu’il s’agisse d’une insémination ou d’une FIV, et par conséquent n’ont pas de relation avec le fait d'avoir réalisé un lavage séminal.